Village de la santé

05/04/2010


Cela fait plus de dix ans. Quatre ans pour chercher une grande lande dans un cœur d'un montagne de Ham-yang(c’est un village où il y a du soleil partout et mon père a dit quelque chose par rapport à ce village) et on a trouvé une part par bonheur. L’orientation sud-est, la pente douce, une forêt et lande visée au sommet de Cheonwangbong du mon Jiri. J’ai acheté 19.8 hectacres et défriché 7.6 hectares. J’ai cru que 20 familles pourrait vivre dans telle lande défrichée et chaque famille pourrait bâtir une maison, cultiver une culture du riz et de champs non rizicoles dans environ 0.21 hectares.


Défrichage.

Je n’étais jamais peureuse à bien y réfléchir. Non, il vaut mieux dire que j’étais idiote. 


Recevant une autorisation de défrichage, je suis allée à l’administration pendant 1 an et finalement la reçu. Bien sûr qu’il y avait des difficultés. Des gens qui habitaient loin de chez moi sont venus proposer une plainte civile et j’étais assez stressée mais j’ai soutenu.


Un kilo de route asphaltée avec un mur de protection, système de l’électricité et de téléphone. Je ne compte pas combien coûter tout au comptant à ce moment-là.

Une aveugle qui n’a rien connu a commencé les travaux avec une seule intention. Tout d’abord, j’ai acheté un Poclain 08 d’occasion et laissé ce travail à faire à quelqu’un qui sait bien ce truc. Mais il a dit que celui d’occasion soit dur de travailler donc j’ai racheté un nouveau Poclain 10. Des gens m’a conseillé que j’ai été idiote parce que j’ai défriché une grande fôret et lande et laissé le travail à faire à quelqu’un sans hésitation. Du coup, cela a coûté très cher. En défrichant cette lande, tout était en pierre et il n’y a pas eu de terre donc on en a camionné sans cesse.

J’ai fait ces grand travaux avec plaisir parce que j’ai une motivation. Une motivation à vivre toutes les réponses dans la nature. Une motivation à vivre ensembe qui a une pensée pareille dans un montagne et à cultiver, partager un esprit et corps.

Pour la santé, chacun pourrait choisir certain moyen que chacun voudrait dans un même lieu qui ait un système de medecine naturelle, traditionnelle coréenne et occidentale. Je voudrait bâtir une salle de soin en argile rouge, un champ d’entraînement de méditation, un champ d’herbe médicinale, des chemins du bois et un hôpital occidental-traditionnel coréen et on pourrait y profiter la vie économique et la santé. Cette motivation ne me rend pas fatiguée du tout.

Finissant la vie urbain et venant à la campagne, normalement on s’inquiétera chaque vie pour un profit si on soit riche économiquement. J’ai renouvelé qu’on pourrait cultiver des herbes de la nature, fabriquer des animaux et des légumes aux produit bio donc résoudre des problème économiques et profiter la nature puis bien vivre sans grand souci dans un même village.

J’ai défriché environ 3305㎡ et bâti une usine de 661㎡. Au début de la commencement, une connaissance m’a imploré un tournage d’hiver donc j’ai donné une permission de tourner un épisode de «Ma Ville Natale à 17 h», programme connu en Corée du Sud, là, un événement incroyable a commencé. Au milieu du contenu du programme, j’ai interviewé que j’irais aider tous les misérables après de gagner de l’argent à l’usine. Mais ce producteur a rédigé, donc dans la télévision, j’ai seulement dit que j’aiderai tous les misérables.

Dans la grande nature, il y a une grande usine et j’ai interviewé que j’aiderai tous les misérables puis le reporter a aussi dit qu’il faut venir au village Dabyeot, nom provisoire et coréen pur, qui que ce soit. Après l’émission, le téléphone a sonné sans cesse et je n’ai pas eu de tête.

Il y a eu une correspondance representative et elle a connecté cinq téléphones dans l’usine. Quand on a téléphoné à la correspondance, tous cinq téléphones ont sonné en même temps. Une personne échouant ses affaires, une personne perdant son travail, des personnes étant douloureux à cause de leur femme qui a jeté ses enfants à la maison, une personne qui a emballé leur enfants dans une voiture pendant une semaine et fait son paquet, une personne qui n’a pas de refuge après d’avoir été mse aux encheres de sa maison et préparé un poison en allant à la mer… Tout le monde a vu le programme par hasard et est venu dans ce montagne avec chaque histoire incroyable. Il était vraiment dure, vraiment. J’avais l’abitude de ne pas manger un seul repas parfois.

J’avais de la peine d’avoir été téléphoné par des personnes misérables mais je pouvais refuser leur demande parce que je n’ai pas vu leur visage. Cependant, je ne pouvais pas dire un mot de refus en se regardant l’un l’autre. Il n’est jamais possible de refuser quand on vient supplier d’y vivre avec leur enfants, sinon il n’y ait aucun lieu d’aller.


Il prend trois ans de vivre ensemble avec ces gens. Plus de 600 personnes a vécu mais il n’y a aucune personne morte. Des travaux pour les gens étant cassé leur corps et âme. Il faut un espace et temps afin de traiter un corps et âme.

Un environnement à traiter un coprs cassé, ce sont un médicament à retrouver la santé et un travail à retrouver un esprit. J’ai un pouvoir à fabriquer un produit sain, fais le manger aux malades et donne un coups de main pour retrouver un esprit. C’est un compassion inconditionnée.

De l’argent. Il est important. Il est bien important parce qu’il a l’air de dominer tous les problèmes du corps et de l’âme. Mais, il n’est pas plus important que la santé à toutes les époques. Donc j’ai achevé cette affaire, même j’ai tout crevé dans les mains.

Le résultat. Tout le monde s'est senti absurde et des gens m’ont raillé que j’ai été idiote. Gagner de l’argent est occupé mais chavirer est aussi occupé. J’ai subi une séquelle 8 ans après d’être confisqué. Des milieux financiers et société de carte crédit ont agacé tout le temps.

Quand-même, je me trouve magnifique car je n’étais pas douloureuse en écourant des mots agacés. J’étais en paix parce que j’ai dépensé de l’argent pour des personnes ayant besoin d’u coup de main, pas pour moi-même. “S’il y a une personne devient heureux de recevoir ce que je possède.”, “La fortune sera entassée dans un grange du ciel si je donne ce que je possède.” Ce sont les mots de mon père comme un héritage. Ce que je garde toujour dans la vie.

Un bonheur cassé.

Comme mon père m’a donné cet héritage, on peut le dire.