Ne vous pétez pas ce que vous enlevez de la saumure

19/01/2014


Au milieu de l’eau, un esprit d’eau solidifié est donc le sel.

Dans de la saumure du sel, il y a une chose solide précieuse ayant milles composants des minerais. Parmi des choses solide précieuse, il y a un composant arsenical s’appelant un arsenic essentiel. Il est un nucléaire d’un esprit d’eau. Quand on mange excessivement beaucoup d’arsenic essentiel, il devient une substance meurtrière. Mais quand on le mange convenablement, il devient un remède miracle comme une substance d'activité contre toutes les malades.


Dans la mer, il y a des ressources immenses pour tout être vivant du monde. Parmi cettes ressources, la substance pharmaceutique la plus importante est un arsenic essentiel.


L’arsenic essentiel est transformé en meilleure toxine des substance toxiques en s’influençant longtemps une vitalité du feu après de se former la mer.

Cet arsenic essentiel est un prince de toutes les toxines qui font attraper une maladie et a une force à effacer toutes les toxicités comme un cancer d’un corps.

Dans la mer du côte ouest de la Corée, ce sel séché au soleil n’a que ce composant de l’arsenic essentiel. Quand on le traite avec haute température, plus de 1 000 °C, on obtient de l’arsenic essentiel qu’on peut utiliser pour un corps humain parmi tous les minerais.

À obtenir cet arsenic essentiel, on pourrait fabriquer le sel de bambou, remède miracle, qui s’utilise à des maladies dans une large mesure.

À diviser l’espace de la Terre extérieure, il y a une toxine dans l’espace le plus loin(haut), un esprit suivant et une luxure dans l’espace le plus proche de la Terre.

Quand la toxine de l’espace s’unit celle de la Terre et elles induisent des maladies aux vivants, il n’est guère possible de traiter sans arsenic essentiel.

Les toxicités vont croissantes à notre époque et donc l’arsenic essentiel est un necessaire à approvisionnement en gros. L’approvisionnement est possible avec une fabrication du sel de bambou.

- «Magistère» Chapitre premier 2)Arsenic Essentiel-L’identité, à la page 36-37